En France, les budgets participatifs en plein essor

  • , actualisé le
  • par Nicolas

Donner son avis sur l’orientation des dépenses locales, c’est désormais possible dans plus de quatre-vingts villes et deux départements. Les budgets participatifs, ultra-confidentiels jusqu’aux élections municipales de 2014, ont doublé chaque année, selon une enquête publiée mardi 2 octobre par la Fondation Jean-Jaurès.

L’enveloppe la plus élevée est celle de la Ville de Paris, qui s’est engagée en 2014 à associer les citoyens à la gestion de 5 % de son budget d’investissement annuel, soit 100 millions d’euros. Elle permet de financer des réalisations à l’échelle de la ville, d’autres au niveau des arrondissements, avec un quota pour les écoles ou les quartiers en difficulté.

Une idée née au Brésil
L’idée n’a pourtant pas émergé dans la capitale française, mais à Porto Alegre, au Brésil. La ville, devenue symbole de l’altermondialisme, a été la première, dès 1989, à associer les citoyens aux décisions budgétaires. L’idée s’est ensuite propagée à travers le pays, puis dans toute l’Amérique latine, avant de séduire des municipalités d’Asie (notamment Chengdu, en Chine), d’Afrique et d’Europe.

Lire la suite de l’article sur le site du Monde

Voir en ligne : www.lesbudgetsparticipatifs.fr

Version imprimable de cet article Version imprimable