Parc des Délices - Newsletter nov’09

  • , actualisé le

Parc des Délices - Newsletter novembre 2009 et note de synthèse de la séance de voisinage du 16 septembre 2009

Aux associations et aux habitants du quartier des Délices A toute personne intéressée par l’avenir du Parc des Délices

Newsletter - Parc des Délices - novembre 2009

Bonjour à toutes et tous,

Ci-joint, vous trouverez une synthèse de la séance de voisinage qui a eu lieu le 16 septembre dernier au Musée Voltaire.

Depuis, nous avons poursuivi notre recherche de solutions pour faire face à la situation parfois préoccupante dans le parc et afin de préparer au mieux la réouverture du Clos-Voltaire.
Voici à ce jour les démarches entreprises :

- 1_ Un courrier adressé à Laurent Moutinot par Manuel Tornare, demande des interventions plus conséquentes de la Gendarmerie sur ce secteur, ainsi qu’une collaborations plus "stratégique" entre celle-ci et les agents de sécurité municipale (dont les compétences vont être renforcées dès janvier 2010) ;

- 2_ une séance du Groupe de suivi du Clos-Voltaire (regroupant les associations du quartier ainsi que quelques voisins immédiats de cette maison) à été organisée au Département de la Cohésion Sociale, Jeunesse et Sports (qui est en charge de ce dossier), en présence de M.S.Kanaan (Directeur du Dpt) et M.Revilliod (Adjoint de Direction au Service des Espaces Verts). Des détails supplémentaires ont ainsi pu être transmis et discutés, concernant la future affectation du Clos-Voltaire (salle polyvalente, logements pour étudiants) et le réaménagement du parc, dont les grandes lignes avaient été tracées lors de la séance du 16 septembre ;

- 3_ face à la situation urgente d’insécurité dénoncée par les habitants, la Ville a donné un mandat au Collectif de Médiation Interculturelle (reconnu par le Bureau d’Intégration des Etrangers), afin qu’il intervienne auprès des "occupants" du parc, dans le but de leur faire comprendre à quel point leur comportement peut générer des tensions importantes, et de les dissuader d’avoir des attitudes et des pratiques qui sont difficilement acceptables dans un lieu dédié aux habitants d’un quartier. Un médiateur africain et une européenne vont donc intervenir dans le parc pendant les mois de novembre et décembre. Selon les résultats de cette intervention, elle pourra se poursuivre en 2010.

Vous pouvez nous contacter si :
- vous souhaitez faire partie du groupe de suivi qui prépare la réouverture du Clos-Voltaire et les règles de fonctionnement du local polyvalent de quartier. Il se réunit tous les deux-trois mois ;
- vous souhaitez adhérer à l’une des associations de votre quartier (nous vous fournirons les coordonnées des Comités) ;
- vous êtes intéressé-e-s à participer à la médiation (cela implique quelques entretiens avec les médiateurs ainsi qu’une ou deux séances de médiation avec les "occupants" du parc).

Nous restons à votre disposition et nous vous prions de recevoir nos meilleurs messages.

Francesca Cauvin et Annouchka Mayor-Ferrillo
Conseillères en action communautaire

***
Notes de synthèse de la séance de voisinage du 16 septembre 2009
Lieux : Musée Voltaire

Présents :
Association Délices-Voltaire, Association de Protection du Clos-Voltaire, Association Délices-Intérêts. Coopérative d’Etudiants La Ciguë, une centaine d’habitants du quartier des Délices, plusieurs professionnels de terrain des services cantonaux et municipaux.

Intervenants :
M. Sami Kanaan, directeur du Dpt de le Cohésion Sociale, Jeunesse et Sports
M.Claude Pahud, premier lieutenant de gendarmerie - Police Cantonale

Ordre du Jour :

1. Situation dans le parc des Délices
2. Affectation des locaux du Clos-Voltaire
- relations avec la coopérative d’étudiants La Ciguë
- local polyvalent ouvert au quartier

1. Situation dans le parc des Délices

Interventions des habitants :

- Insécurité, due à la présence de groupes de personnes marginalisées,
- individus qui dealent sans aucune gêne ;
- agressivité verbale fréquente. On déplore un cas de racket sur un adolescent ;
- bruit et cris pendant toute la nuit en été ;
- état de saleté déplorable et continu ;
- l’occupation du parc par certaines familles comme par l’EMS voisin pendant l’été n’a rien changé ;
- il faudrait fermer le parc la nuit ;
- on ne voit pas la police patrouiller dans le parc : faut-il créer notre propre milice ?
- pas d’intolérance, mais agir avant qu’un drame ne se produise !

Réponse de la police (M.Claude Pahud, premier lieutenant de Gendarmerie)

- les gendarmes viennent tous les deux jours en moyenne dans le parc, mais si les personnes n’ont pas de drogue sur eux et ne sont pas en train de commettre un acte illégal, elle ne saurait les arrêter.
- lorsqu’elle les arrête, elle les défère à la justice qui ne suit pas toujours ;
- malgré les problèmes d’effectifs, le secteur "Servette" dont dépend le quartier, comprend 45 agents 24h/24 et 365 jours par an ;
- les Agents de Sécurité Municipale effectuent des patrouilles communes avec les gendarmes mais n’ont pas les mêmes prérogatives que ces derniers ;
- Les actions ciblées ont comme effet de déplacer le deal ;
- les conséquences pénales du deal sont moins graves à Genève qu’en France, ce qui attire nombre d’étrangers ;
- les plaintes des habitants seront relayées aux autorités compétentes du Département cantonal des Institutions.

Réponses de la Ville de Genève (M.Sami Kanaan, Directeur du Département de la Cohésion sociale, de la Jeunesse et des Sports) :

- La Ville de Genève va soutenir les habitants dans leur réappropriation du parc ; le parc serait très difficile à fermer, notamment le jour, en raison des nombreuses activités qui s’y déroulent Musée, Clos-Voltaire…). Par ailleurs, pour l’instant la politique de la Ville vise des espaces publics ouverts ;
- la place de jeux va être réaménagée
- la création d’espaces polyvalents à disposition du quartier au rez-de-chaussée du Clos-Voltaire (v. point suivant) va permettre des activités bénéfiques et donc d’une animation positive pour tout le secteur ;
- l’espace entourant la maison du Clos-Voltaire fait partie intégrante du parc, et de ce fait est public. Un projet de plantages urbains (petits jardins potagers) à l’usage des habitants du quartier, est à l’étude, et sera réalisé avec l’accord des associations du secteur ;
- un courrier de M.Tornare à L.Moutinot va expliciter la situation actuelle et demander plus d’interventions et de collaborations entre les agents cantonaux et municipaux sur ce dossier ;

2. La maison du Clos-Voltaire

Intervention des habitants :

- La Ciguë s’est montrée totalement incompétente pour gérer ce lieu ;
- les nuisances sonores ont été insupportables pendant de nombreuses années ;
- les étudiants se mélangeaient avec les dealers qui traînaient dans le parc ;
- il faut un responsable sur place, à qui l’on puisse s’adresser ;
- Il ne faut pas que les responsables soient des étudiants qui ne restent que peu de temps ;
- quels sont les critères de sélection des étudiants logeant à la Ciguë ?
- qui s’occupera du local de quartier ?

Réponse des représentants de la coopérative La Ciguë :

- Pour habiter à la Ciguë, un-une jeune doit être majeur-e, donner la preuve de fréquenter l’Université ou un Centre de Formation reconnu, et gagner CHF 2400.- max (fiche de salaire obligatoire à la signature du bail) ;
- un amalgame a été fait entre les étudiants et les dealers, mais en fait, les locataires du Clos ont également souffert de la présence de marginaux dans le par cet dans l’ancien local associatif ;
- l’un des locataires sera salarié et responsable de la maison qui accueillera trente personnes, les étudiants signeront un règlement strict au niveau des règles de bon voisinage ;
- la Ciguë s’est rendu compte de l’échec de son ancienne gestion et n’a aucune intention de reproduire une telle situation ;

Réponses de la Ville de Genève (M.Sami Kanaan, Directeur du Département de la Cohésion sociale, Jeunesse et Sports :

- La Ciguë gère de manière satisfaisante plusieurs logements dans le Canton . Elle est consciente d’avoir perdu le contrôle sur le Clos-Voltaire et a collaboré avec la Ville de Genève afin de préparer les meilleures conditions pour la future gestion des lieux ;
- un droit de superficie lui a été accordé par la Ville. A ce jour, celui-ci est lié à une convention dans laquelle la Ciguë s’engage à établir un règlement strict à l’intention de ses locataires et à engager une personne salariée, parmi ceux-ci, qui sera responsable de le faire respecter.
- le non-respect de cette convention peut entraîner une résiliation du droit de superficie.
- les éventuelles plaintes du voisinage pourront être déposées contre la Ciguë, étant donné sa condition de responsable à part entière de la gestion des lieux.
- le droit de superficie ne concerne que la maison Clos-Voltaire, et non pas le petit jardin attenant au bâtiment qui fait partie de l’espace public du parc des Délices et qui sera réaménagé ;

- Une partie du rez-de-chaussée sera occupée par deux locaux polyvalents, gérés par le Musée Voltaire et ouverts aux habitants du quartier pour leurs diverses activités. Le règlement d’utilisation de ces locaux va être élaboré en collaboration avec les associations du quartier ;

22 novembre 2009/A.Mayor, F.Cauvin



Contrat
De quartier
- St-Gervais
- Seujet
- Voltaire

Version imprimable de cet article Version imprimable