De Cornavin à la Zimeysa via les Charmilles, Châtelaine et Vernier

Un futur bus à haut niveau de service : consultation ouverte

  • , actualisé le
  • par Nicolas


En vue de la mise en service en 2024 d’un bus à haut niveau de service Cornavin - Charmilles - Vernier - Zimeysa, le Canton et les communes lancent un processus de concertation.

Cette concertation porte sur trois pôles d’échange :

1) la place des Charmilles


2) Châtelaine (zone de croisement entre l’avenue de Châtelaine, l’avenue de l’Ain et l’avenue du Pailly)


3) l’Hôpital de la Tour à Meyrin

L’objectif est de recueillir des données, des éléments d’évaluation et des suggestions, pour pouvoir tester des aménagements rendant ces lieux à la fois pratiques et agréables pour les usager·e·s des transports publics et pour la mobilité douce.

 Une méthode utilisée dans le monde entier

Pour mener le processus de consultation, l’Office de l’urbanisme et l’Office des transports du Canton – auxquels se sont joint les communes concernées, la Ville de Genève, Vernier et Meyrin – ont fait appel à à l’agence Gehl, qui a développé une méthode utilisée depuis des années dans de nombreuses villes du globe (cf. sur Youtube cette présentation vidéo de 2’)

La méthode Gehl vise à récolter 2 types de données : quantitatives (objectives) et qualitatives (subjectives). Puis à effectuer une analyse à partir de ces données, et de proposer des aménagements provisoires pour tester leur pertinence, en vue d’aménagements définitifs.

 Un travail par étapes

La première démarche a été de mesurer les usages actuels existant dans les trois pôles envisagés. Pour cela, à différents moments de la journée, on a procédé à un comptage des personnes se déplaçant à pied ou à vélo, ou s’arrêtant quelques instants (en notant leur activité : attendre, discuter, manger, jouer, etc.)

La deuxième démarche consiste analyser chacun des secteurs sur la base de 12 critères. Une analyse cartographique permet d’évaluer la qualité des façades, des trottoirs, la localisation des bancs et flux principaux.

Les 12 critères d'évaluation d'un espace public selon la méthode Gehl {PNG}

La troisième démarche s’appuie sur la perception, et vise à connaître les habitudes de mobilité. La population est invitée à donner une appréciation générale des espaces publics et du service actuel des transports publics. L’outil proposé est un questionnaire en ligne d’une durée de 15 minutes, ouvert à toute personne intéressée, qui est disponible sur la plateforme de dialogue public de Genève et sa région

 Premiers tests durant l’été : lutter contre la chaleur

Dans le cadre du projet Cool-City mené par le Canton, des installations de protection contre la chaleur et de maintien d’îlots de fraicheur seront testées dans les trois pôles, afin de mesurer leur efficacité et de pouvoir ainsi prévoir les réalisations à faire lorsqu’on aménagera les lieux d’échange.

 Groupe de suivi avec des habitant·e·s, et installations provisoires

Deux ateliers sont prévus. Le premier le jeudi 3 septembre, le second à la fin de l’automne. A partir de l’analyse des données recueillies lors des trois étapes décrites précédemment, le premier atelier aura pour but de proposer des aménagements provisoires, afin là aussi de tester ce qui peut être fait pour améliorer le confort et la praticabilité des pôles d’échange du futur bus à haut niveau de service.

Ces installations seront mises en place durant l’automne, et évaluées lors d’un 2e atelier qui aura lieu avant la fin de l’année.

Si vous êtes intéressé·e par cette démarche ou si vous souhaitez avoir plus de renseignements, merci de contacter le Forum en écrivant à info forum1203.ch

 Une démarche menée au pas de course... mais à suivre pourtant !

Ce n’est que très récemment que le Forum a été informés de cette réflexion sur les pôles d’échange et de ce processus de consultation évoqué ici. En fait, tout ce projet est mené tambour battant, avec des délais quasiment impossibles à tenir, qui rendent très difficiles l’organisation d’un réel processus participatif avec les habitant·e·s. Les organisateurs sont eux-mêmes pris par le temps, étant dans l’obligation de boucler leur étude avant une date butoir, pour que le projet de bus à haut niveau de service puisse bénéficier d’un soutien financier de la Confédération.

Pourtant, l’idée d’une liaison de transport public performante sur l’axe Cornavin - Vernier - Zimeysa date déjà d’un certain nombre d’années. Comment se fait-il alors qu’aujourd’hui tout soit à ce point bousculé ? Selon toute vraisemblance, nous payons ici l’inaction en faveur des transports publics qui a régné au niveau du Conseil d’État lors de la législature précédente. Sur ce dossier comme sur d’autres semblables, les autorités cantonales ont maintenant fort à faire pour remettre en route des projets qui avaient été laissés en plan, afin de permettre leur réalisation dans les délais prévus initialement en concertation avec la Confédération.

Le calendrier « express » de la consultation n’est donc pas voulu par les organisateurs, dont la plupart sont bien conscients des difficultés qu’il entraîne. Le processus est effectivement bousculé, mais il représente malgré tout une opportunité intéressante de mener une réflexion collective et de proposer des pistes d’amélioration pour que les futurs pôles d’échange du bus à haut niveau de service soient le plus agréables possibles pour les usager·e·s et l’ensemble de la population.

Version imprimable de cet article Version imprimable