Quelles solutions pour le pont de la Jonction ? Compte-rendu du forum du 12 juin 2019

  • , actualisé le
  • par Nicolas

 Discussion

Une personne de la Jonction, qui utilise beaucoup le pont, juge que cette question de responsabilité est stupide : on n’est pas responsable des gens qui sautent. Elle estime donc que la hauteur de la barrière soit diminuée.

M. Morand rappelle qu’en raison du passage de vélos, on doit être à 1,30 m min.

Un habitant est effaré par l’absence d’esthétique de la barrière mise en place et demande pourquoi on ne retravaille pas une barrière comme celle qui se trouve dans la montée de allant à la Bâtie, avec les montants verticaux légèrement obliques et entrecroisés.

M. Morand répond que cette disposition des montants est très peu transparente. Cela parait une solution satisfaisante vu d’en haut, mais pas d’en bas.

Une personne remercie les services de M. Pagani qui améliorent la situation. Elle trouve que le prototype A constitue un compromis acceptable. Par contre la profondeur de la barrière est problématique. Il serait bon de repenser à un concours, dans les 2-3 ans, en réduisant les coûts. Ne pourrait-on pas revendre les barrières actuelles pour diminuer les frais ? Ou interchanger les barrières entre celle côté voies et celles côté fleuve ?

Interrogée sur la position de l’association, les représentants de Stop Suicide déclarent que leur position demeure la même : ils veulent des barrières efficaces. Donc soit la barrière actuelle, soit le prototype A, qui leur parait acceptable. Ils ne sont pas opposés à ce qu’on reprenne le problème à zéro, mais demanderaient alors que Stop Suicide soit partie prenante pour que la problématique de la prévention soit intégrée.

A une question, R. Pagani rappelle qu’il s’agit pour l’heure de prototypes. On pourrait avoir 4-5 modules d’un côté, d’autres au milieu et d’autres à la fin. Avec une solution de ce genre, on resterait dans le cadre de la PR initiale. Et il pose à son tour cette question à l’assemblée : seriez-vous OK avec une barrière ramenée à 1,30 m ?

Un habitant soutient la solution à 6 ouvertures, qui lui semble assez bonne.

Une personne estime que s’il y a des gens qui veulent sauter, ça se passera quand même.

Une habitante de la Jonction fait remarquer que le « zéro risque » n’existe pas : il y a des risques partout. Alors qu’on est en train de densifier la ville, le pont fait partie d’une voie qui relie Versoix à Bernex. Par ailleurs, pour une promenade, ce qui est important est d’avoir une vue continue, et non des ouvertures ponctuelles. Quant à la hauteur, 1,55 m correspond pour plupart des personnes à la hauteur des yeux, ce qui rend la vue très inconfortable. Elle plaide donc pour qu’on ré-étudie de manière plus généreuse ce tronçon, et que tous les acteurs (CFF, Etat, etc.) tiennent compte de l’importance des conditions nécessaire pour qu’on puisse effectuer de belles promenades.

Version imprimable de cet article Version imprimable